L’origine du pole fitness

Il semblerait que ce serait au Canada dans les années 20, à l’époque de La Dépression, que serait né l’actuelle Pole Dance. Des fêtes foraines avaient lieu, offrant différentes attractions dans chacune des tentes installées autour du chapiteau.  Dans l’une de ces tentes, des spectacles étaient présentés et réservés au public adultes en raison des danses exécutées par les Hoochie-Coochie dancers, des femmes légèrement vêtues offrant mouvements avec balancements suggestifs (pour l’époque).  Ces tentes, n’étant pas très spacieuses, étaient soutenues par une poutre qui centralisait la scène.  Y prenant appui au départ, des femmes ont intégré la poutre dans leurs mouvements de danse, ce qui colorait leurs prestations sans en perdre le côté érotique!

Ces danses libertines ont quitté peu à peu les tentes foraines pour s’installer dans les bars dans les années 50. Avec l’arrivée du Burlesque par la même occasion, la barre devint un accessoire inévitablement inclus dans les numéros.  Jusque-là, les danseuses utilisaient la barre comme appui sans exécuter de réelles figures.

Le Strip-tease et la Pole Dance deviennent populaires dans les années 70-80 spécialement au Canada et au États-Unis, mais bientôt on y retrouve des clubs en Angleterre et en Australie.  La Pole Dance commence alors à se développer subtilement.

Ce n’est qu’au début des années 90 qu’une danseuse exotique canadienne, Fawnia Mondey, répand l’art du Pole Dance en l’enseignant à des femmes n’ayant aucun lien avec le monde artistique ou des clubs de nuits.  Elle en produit également le premier DVD éducatif.  Bien entendu, le stéréotype de l’utilisation d’une barre en dansant rend l’émergence du sport assez difficile.  Cela ne l’empêche pas de fignoler la discipline en ajoutant des aspects plus artistiques, esthétiques et ludiques. D’autres se joindront à elle pour enseigner le sport, y ajoutant leur touche personnelle, dans le but de faire sortir la Pole des clubs de strip-tease et démontrer qu’il s’agit d’une manière de muscler le corps en l’assouplissant, en gagnant de la confiance en soi, développant son côté artistique tout en s’amusant et laissant sortir sa sensualité et féminité.

Aujourd’hui, la Pole Dance est accessible même chez les hommes.  On y retrouve différentes appellations, notamment la Pole Fitness et la Pole gymnastic qui sont des variantes plus sportives et qui demandent un peu plus physiquement.  Les figures enseignées ont des appellations spécifiques, ce qui facilite l’enseignement, la création de routine et d’établir des critères pour les juges en compétitions.  Cependant, la discipline est tellement récente que les appellations varient selon les régions malgré une langue commune.

Des organisations internationales telles que la PFA (Pole Fitness Association) ou l’IPSF (International Pole Sports Federation) tentent d’émettre une règlementation précise sur le langage et la structure des compétitions organisées ainsi que pour la formation complète et professionnelle des instructeurs.

Référence: http://www.poledance-paris.com/01_histoire/

Prêts à vous inscrire?

Pin It on Pinterest

Share This